Bref historique du vieux palais de l’Assomption

Saviez-vous que...

Le Vieux Palais de L’Assomption est un édifice construit en trois parties. En 1811, une première construction, la maison Lebourdais qui constitue la partie est de l'édifice, est amorcée par Laurent Dorval (fils). La fin des travaux est toutefois supervisée par le marchand Laurent Leroux qui l'acquiert avant qu'elle soit terminée. Ce dernier engage, en 1822, Jacques Duffault, qui construit un deuxième bâtiment qui constitue la partie ouest de l’édifice, la maison Gamelin-Woolrich, et puis la dernière construction qui constitue la partie centrale (magasin) entre 1822 et 1830 et qui abrite un comptoir de la Compagnie de la Baie d’Hudson.

En 1842...

L'édifice perd sa fonction originale. En effet, Jean-Moïse Raymond (1787-1843), homme politique du Bas-Canada puis du Canada-Uni et gendre de Laurent Leroux, est nommé registrateur du district de Leinster, qui comprend le comté de L'Assomption. Il transforme l'immeuble légué par son beau-père pour y installer, à la place de son logement situé dans la partie est, le bureau d'enregistrement du comté. Le magasin qui occupait jusqu'alors la partie centrale est réaffecté en cour de justice à l'étage et en bureaux pour le conseil de comté au rez-de-chaussée. Quant à la partie ouest, elle lui sert de logement.

En 1860

Le conseil de comté de L'Assomption engage l'architecte Victor Bourgeau (1809-1888) pour réaliser des modifications. Bourgeau, qui a déjà travaillé à l'agrandissement de l'église de L'Assomption (1857), est renommé dans la région de Montréal pour ses oeuvres religieuses d'inspiration néogothique ou néobaroque. Son apport touche principalement la partie centrale, notamment le mobilier de la salle d'audience, le décor intérieur, les fenêtres cintrées au deuxième étage, le portail et la corniche à modillons en façade.

Le plus ancien palais de justice de comté du Québec

Le vieux palais de justice de L'Assomption est classé en 1973. Il bénéficie d'une aire de protection depuis 1975. Aujourd’hui, il serait encore le plus ancien palais de justice de comté du Québec.

Si la cour de justice n'est utilisée que jusqu'en 1923, le bureau d'enregistrement demeure ouvert jusqu'en 1979. Dans les années 1980, le bâtiment est abandonné malgré son importance historique et sociale allant même jusqu’à mettre son existence en péril.

Sous la gouverne de madame François Mayrand depuis 1987, elle consacrera ses énergies à restaurer chacune des parties du bâtiment en plus d’accueillir de nombreuses productions cinématographiques et télévisuelles et un centre culturel.

Depuis 2020, ce joyau est la propriété de la Ville de L’Assomption. Le mandat de la ville était de conserver, aménager et rendre accessible à la population pour des fins culturelles et récréatives.